Loading...
Larger font
Smaller font
Copy
Print
Contents

Manuscrits Inédits (97-161) Tome 2

 - Contents
  • Results
  • Related
  • Featured
No results found for: "undefined".
  • Weighted Relevancy
  • Content Sequence
  • Relevancy
  • Earliest First
  • Latest First

    Manuscrit 142—La nature et le but des écoles adventistes

    CES INSTITUTIONS, établies ici parmi nous, sont une incitation et un appel constant à demeurer dans l’amour de Dieu adressé aux églises. Voici un endroit où les jeunes peuvent s’inscrire pour recevoir une formation en sciences. Mais est-ce tout ? Si oui, alors ils pourraient tout aussi bien s’inscrire dans les autres écoles du pays. Mais nous n’avons pas fini d’en parler. — Manuscrit 2, 1885, p. 2 (sermon dans le Tabernacle de Battle Creek, 25 juillet 1885).2MI 215.1

    L’Auteur de la nature est l’Auteur de la Bible. La création et le christianisme ont un seul Dieu. Tous ceux qui souhaitent acquérir des connaissances devraient viser le plus haut niveau. Qu’ils avancent aussi vite et aussi loin que possible ; que leur champ d’études soit aussi large que ce que leurs facultés leur permettent d’étudier ; qu’ils tirent de Dieu leur sagesse, se cramponnant à Celui dont la connaissance est infinie, à l’Être capable de révéler les secrets2MI 215.2

    __________

    Document sollicité par E.C. Walter, secrétaire à Pacific Union College, pour être utilisé dans sa thèse de doctorat sur l éducation adventiste du septième jour. cachés depuis des siècles, et résoudre les problèmes les plus difficiles pour les esprits qui croient en lui. Lui « seul possède l’immortalité » et « habite une lumière inaccessible » (1 Timothée 6.16). — Lettre 67, 1894, p. 6 (à William W. Prescott, 18 janvier 1894).

    Les capacités physiques, mentales et morales doivent être cornbinées à une éducation appropriée. — Lettre 60, 1896, p. 5 (à Herbert Lacey, « Instruction to Schools » [Instructions aux écoles], 20 décembre 1896).2MI 216.1

    L’enseignant qui possède une connaissance intelligente des bonnes méthodes et est capable non seulement d’enseigner la théorie, mais de montrer par l’exemple comment les choses doivent être faites, ne sera jamais un simple expédient. — Manuscrit 61, 1897, p. 6 (” Our School Work » [Notre œuvre pour l’école], 8 juin 1897).2MI 216.2

    Cette question a été posée : « Si la fin de toutes choses est proche, pourquoi faites-vous d’aussi grands projets pour les écoles ? » C’est précisément parce que la fin de toutes choses est proche que nous investissons dans des écoles. Nous voulons attirer les jeunes loin des villes où Satan a courbé l’esprit des hommes sous sa domination et son pouvoir, et les a convaincus de travailler contre tout ce qui a trait à la réforme. — Manuscrit 10a, 1898, p. 1 (” The Necessity of Establishing Schools » [La nécessité de fonder des écoles], 1erfévrier 1898).2MI 216.3

    D’après la lumière qui m’a été donnée, nos jeunes doivent avoir la possibilité, tout en fréquentant l’école, d’apprendre à utiliser des outils. Les bâtiments devraient être construits sur les terrains de l’école par les élèves eux-mêmes. Sous la direction d’ouvriers expérimentés, de charpentiers patients et bienveillants aptes à enseigner, les jeunes doivent apprendre à construire de façon économique. Ensuite, il est essentiel que nos publications soient imprimées là où notre école principale est établie. Nous devrions avoir une presse et des polices en vue de former une autre classe d’étudiants aux différentes tâches liées à la mise en page et à l’impression.2MI 216.4

    Encore une fois, il faudrait enseigner à nos jeunes, garçons et filles, comment cuisiner de façon économique et sans aliment camé. — Manuscrit 105, 1898, p. 1-4 (” The Education Our Schools Should Give » [L’éducation que nos écoles devraient donner], 26 août 1898).2MI 216.5

    Dans votre travail scolaire, ne passez pas votre temps à apprendre ce qui ne vous sera pas utile dans votre vie d’adulte. Au lieu d’essayer d’acquérir une connaissance des langues étrangères, efforcez-vous premièrement d’apprendre à vous exprimer correctement dans votre langue maternelle. Apprenez à tenir vos comptes. Acquérez une connaissance des domaines qui se révéleront utiles partout où vous irez. — Manuscrit 125, 1902, p. 5 (” Words to Students » [Quelques mots aux étudiants], discours d’ouverture de l’école de San Fernando, 1er octobre 1902 ; Manuscrit inédit n° 900).2MI 216.6

    La culture vocale est une discipline qui devrait avoir sa place dans chaque institution dédiée à l’éducation de la jeunesse. — Lettre 367, 1904, p. 2, 3 (à William W. Simpson, 18 septembre 1904).2MI 217.1

    Le directeur d’une école ne peut pas faire correctement son travail si ses préoccupations sont partagées. Le frère Cady ne peut pas servir correctement cette école tout en sortant aussi souvent dans le champ, comme cela s’est produit dans le passé. L’école a besoin de sa présence. Elle ne devrait pas être laissée à l’abandon et dans l’incertitude comme c’est le cas quand son responsable est absent. Celui qui occupe le poste de directeur devrait consacrer la plus grande partie, sinon la totalité, de son temps et de son énergie à l’école. Il devrait mener des études et dresser des plans pour la réussite de ce projet, et sans ménager ses efforts mettre tout en oeuvre pour son avancement.2MI 217.2

    C’est une erreur de permettre aux étudiants de choisir leurs études. Cette erreur a été commise dans le passé à l’école de Healdsburg. Des étudiants qui n’avaient pas maîtrisé les matières communes ont tenté d’accéder à des niveaux pour lesquels ils n’étaient pas prêts. Certains de ceux qui ne parlaient pas correctement l’anglais ont souhaité entreprendre l’étude de langues étrangères. Savoir parler et écrire notre propre langue correctement est plus important pour nous que de connaître une langue étrangère.2MI 217.3

    L'importance de cultiver la voix. La culture vocale m’a été présentée comme une discipline très importante. Les étudiants doivent recevoir une formation les préparant à transmettre les connaissances qu’ils acquièrent. À moins d’apprendre à lire et à parler lentement et distinctement, bien haut et avec clarté, en mettant l’accent où il faut, comment pourront-ils enseigner de façon efficace ? Ils ne devraient pas parler trop rapidement, cela les empêcherait d’être clairement compris. Chaque mot, chaque syllabe, doit être prononcé distinctement.2MI 217.4

    Les élèves doivent apprendre à ne pas parler de la gorge, mais à mettre les muscles abdominaux en action. La gorge n’est que le canal par lequel la voix passe. Si les orateurs voulaient apprendre à utiliser correctement leur voix, ils n’auraient pas autant de problèmes de gorge.2MI 218.1

    Ceux qui se rendent dans le champ en tant qu’enseignants et pasteurs devraient être entraînés à parler de manière à susciter l’intérêt pour les précieuses vérités qu’ils présentent. Un homme peut ne pas avoir de grandes connaissances, mais il accomplira beaucoup si, grâce à une voix bien entraînée, il peut transmettre clairement ce qu’il sait. Mais si un homme, bien que rempli de connaissances, est incapable de présenter ce qu’il sait de façon claire, quel avantage tirera-t-on de son enseignement ?2MI 218.2

    Prof. Cady : Devrions-nous recruter un instructeur spécial pour assurer la formation vocale des élèves, ou devrions-nous confier cet enseignement à chaque professeur ?2MI 218.3

    M me White : Le plus sage est de faire des essais. Vous aurez beaucoup d’essais à faire avant de pouvoir discerner les méthodes les plus appropriées. Si vous connaissez quelqu’un de particulièrement compétent pour enseigner la culture de la voix, il serait préférable de faire appel à ses services. Je sais que la voix peut et doit être formée. Le Seigneur veut que les enseignants de nos écoles donnent le meilleur d’eux-mêmes, et enseignent aux étudiants à faire de même.2MI 218.4

    La valeur des matières communes. Il est important d’enseigner aux étudiants à articuler correctement et à écrire clairement. Ils devraient être bien entraînés à cela. Certains hommes occupant des postes à responsabilité - des médecins, des avocats, et même des éditeurs - écrivent très mal. Une grande erreur a été commise dans leur éducation. Dans l’éducation, la progression doit commencer au plus bas de l’échelle. Nombreux sont ceux qui estiment avoir terminé leurs études, alors qu’ils ont des lacunes en orthographe et en écriture, et ne peuvent ni parler ni lire correctement. Ceux-ci doivent revenir en arrière et commencer à grimper à partir du premier échelon de l’échelle.2MI 218.5

    Quand la culture de la voix, la lecture, l’écriture et l’orthographe occuperont leur juste place dans nos écoles, un grand changement s’opérera. Ces matières ont été négligées parce que nos enseignants n’ont pas pris conscience de leur importance. Mais elles sont plus importantes que le latin ou le grec. Je ne dis pas qu’étudier le latin ou le grec soit mauvais, je dis que c’est un tort de négliger les matières constituant la base de l’éducation pour surcharger l’esprit par l’étude du latin et du grec.2MI 218.6

    La question des notes. Le système des notes est un obstacle aux progrès de l’élève. Certains élèves sont lents au début, et l’enseignant doit faire preuve de beaucoup de patience. Mais ces élèves peuvent, après un court laps de temps, l'étonner en se mettant à apprendre très rapidement. D’autres peuvent sembler très brillants, mais le temps montrera qu’ils ont fleuri trop promptement. Le fait d’évaluer les enfants de manière rigide en les notant n’est pas judicieux.2MI 219.1

    Alonzo T. Jones : Plus vite on abandonnera le système de notes, mieux ce sera car cela permettra un rapprochement entre l’enseignant et les enfants.2MI 219.2

    Mme White : Je sais qu’un meilleur système pourra être trouvé dès que nos professeurs connaîtront les vrais principes de l’éducation. [...)2MI 219.3

    Vous avez commencé de la bonne manière. Les élèves doivent faire des activités en plein air afin que leurs muscles soient maintenus en bonne santé, et que leur esprit puisse rester clair. La santé du cerveau dépend de la santé des autres organes du corps humain. Ne soyez pas découragé parce qu’il y a eu une perte dans les départements techniques. Cette expérience peut vous éviter une perte plus importante dans le futur. Le travail technique est une grande aide et une bénédiction pour les élèves. [...]2MI 219.4

    La bonne influence exercée sur les étudiants par le travail manuel compense largement la perte financière, et ce serait toujours le cas si cette perte avait été dix fois supérieure à ce qu’elle est actuellement. Combien d’âmes cette œuvre a-t-elle contribué à sauver ? Vous ne le saurez qu’au jour du jugement. Satan trouve toujours quelque méfait à confier aux mains oisives. Mais lorsque les étudiants sont occupés à un labeur utile, le Seigneur a la possibilité de travailler avec eux. — Manuscrit 69, 1903, p. 1-4, 7-9 (discours prononcé par Mme White devant le conseil d’administration de Healdsburg College, en Californie, « Instruction Regarding School Work » [Instructions concernant le travail dans les écoles], 7 juillet 1903).2MI 219.5

    White Estate,

    Washington, D.C.,

    29 août 1962.