Loading...
Larger font
Smaller font
Copy
Print
Contents

Tempérance

 - Contents
  • Results
  • Related
  • Featured
No results found for: "undefined".
  • Weighted Relevancy
  • Content Sequence
  • Relevancy
  • Earliest First
  • Latest First
    Larger font
    Smaller font
    Copy
    Print
    Contents

    Chapitre 3 — Les médicaments

    L'attitude courante mais dangereuse — L'emploi de médicaments toxiques est une pratique qui engendre une multitude de maladies. Beaucoup de gens ne cherchent pas à connaître la cause réelle de leurs malaises. Leur unique préoccupation est d'être soulagés de leurs douleurs et des inévitables incommodités qui en résultent. Pour y parvenir, ils recourent à des médicaments dont ils ne connaissent que très mal les propriétés réelles, ou s'adressent au médecin pour avoir un remède qui neutralise l'effet de leurs erreurs; mais ils n'ont pas le moins du monde l'idée de changer leurs mauvaises habitudes qui causent tout le mal. S'ils n'obtiennent pas d'amélioration immédiate, ils essaient un autre médicament, puis un autre encore, et le mal s'aggrave de jour en jour. — Rayons de Santé, 276.Te 64.4

    Des médicaments à n'importe quel prix — Le malade a hâte de se sentir mieux, et ceux qui l'aiment sont impatients. Il prend un médicament; s'il ne ressent pas l'effet qu'il avait espéré à tort, il s'empresse d'aller consulter un autre médecin. Ce changement augmente souvent le mal, car il prend une série de médicaments aussi dangereux que les premiers. — How to live, 190.Te 65.1

    Le triste résultat — Beaucoup de maladies chroniques sont dues à l'usage de médicaments toxiques. C'est ainsi qu'un bon nombre de vies humaines ont été fauchées qui auraient pu être préservées grâce à des traitements naturels. Les poisons contenus dans beaucoup de prétendus remèdes créent des besoins qui ruinent le corps et l'âme. Bien des panacées populaires et des spécialités pharmaceutiques, et même certains médicaments prescrits par les médecins, sont en partie responsables de ces terribles fléaux de l'humanité que sont l'alcoolisme, l'opiomanie ou la morphinomanie. — Rayons de Santé, 277.Te 65.2

    Le système nerveux est ébranlé — N'importe quel médicament destiné à calmer les nerfs ébranle le système nerveux. — How to Live, 184.Te 65.3

    Chaque transgression entraîne un châtiment — Dieu a établi les lois qui régissent notre organisme; ces lois sont divines; chaque transgression aura tôt ou tard des conséquences. La plupart des maux qui ont frappé et qui frappent encore la famille humaine sont apparus parce que les hommes ont ignoré les lois qui régissent leur organisme. Ils négligent leur santé et travaillent à leur perte. Lorsqu'ils ont brisé et affaibli leur corps et leur âme, ils envoient chercher le médecin et absorbent les drogues qui précipitent leur ruine. — Counsels on Diet and Foods, 19.Te 65.4

    Une vie simple est l'adversaire de la pharmacie — Des millions de personnes souffrantes pourraient recouvrer la santé si au lieu d'aller à la pharmacie elles cessaient de prendre des médicaments, menaient une vie simple et s'abstenaient absolument de thé, café, alcool ou épices qui irritent l'estomac, l'affaiblissent et l'empêchent de digérer la nourriture la plus simple. Le Seigneur désire éclairer les êtres faibles et sans force. — Medical Ministry, 229.Te 65.5

    Une attitude insensée — C'est un non-sens que d'avoir recours aux médicaments tout en continuant à pratiquer de mauvaises habitudes, et c'est une injure faite à Dieu que de maltraiter le corps qu'il a créé. Cependant, les médecins prescrivent toujours des stimulants et des médicaments dont les hommes font un abondant usage, sans renoncer à des habitudes qui engendrent la maladie. — Lettre 19, 1892.Te 65.6

    Ceux qui céderont à leur appétit puis tenteront de soulager les souffrances causées par leur intempérance en ayant recours aux médicaments peuvent être assurés que Dieu n'interviendra pas pour rétablir leur santé et sauver leur vie si inconsidérément mise en péril. La cause a produit l'effet. Nombreux sont ceux qui, en dernier recours, se conforment aux directives de la Parole de Dieu et demandent aux anciens d'église de prier pour leur guérison. Mais Dieu ne juge pas bon de répondre à de telles prières, car il sait que si ces personnes recouvrent leur santé, elles la sacrifieront de nouveau sur l'autel d'un appétit dépravé. — Spiritual Gifts 4:145.Te 66.1

    Les enfants en portent les conséquences — Le mal serait bien moindre si seuls ceux qui ont recours aux médicaments en portaient les conséquences. Mais en agissant ainsi, les parents pèchent non seulement contre eux-mêmes, mais aussi contre leurs enfants. Ils transmettent à leurs descendants l'état de corruption de leur sang, le poison qui circule dans leur organisme, leur constitution brisée et les diverses maladies qu'a entraînées l'usage des médicaments. Ils ne leur laissent qu'un héritage de déchéance, ce qui précipite la dégénérescence de la race-humaine. — How to Live, 178.Te 66.2

    Il est plus facile de prendre des médicaments — Faites usage des remèdes fournis par le Christ. L'air pur, le soleil, l'eau sagement utilisés agissent de manière efficace pour rétablir la santé. Mais le traitement des maladies par l'eau semble trop pénible. Il est plus facile de prendre des remèdes pharmaceutiques que des remèdes naturels. — Healthful Living, 247.Te 66.3

    Beaucoup de parents ont recours à des médicaments plutôt qu'à des soins judicieux. — The Health Reformer, septembre 1866.Te 66.4

    Mise en garde contre les produits pharmaceutiques — L'emploi des médicaments, tel qu'il est pratiqué généralement, est un fléau. Soyez sur vos gardes en ce qui concerne les médicaments. Usez-en le moins possible, mais faites confiance aux agents naturels. Alors la nature viendra en aide aux médecins de Dieu: l'air pur, l'eau naturelle, l'exercice physique, et une conscience en paix. Ceux qui persistent à faire usage de thé, de café et de viande ressentiront le besoin de médicaments. Mais nombreux sont ceux qui pourraient se rétablir sans avoir recours aux médicaments, s'ils observaient les lois de la santé. Les médicaments sont rarement nécessaires. — Counsels on Health, 261.Te 66.5

    Le seul espoir d'améliorer cet état de choses est de faire connaître les lois de la santé. Les médecins devraient enseigner que la guérison se trouve non dans les médicaments, mais dans la nature. La maladie est l'effort de l'organisme pour rétablir un équilibre rompu par la violation des principes qui régissent notre être physique. Il faut donc premièrement en rechercher la cause, écarter les mauvaises habitudes et supprimer les conditions insalubres. Puis on aidera la nature à éliminer les impuretés et à rétablir l'état normal de l'organisme. — Rayons de Santé, 277.Te 66.6

    L'importance de la médecine préventive — Les médecins devraient commencer par apprendre aux personnes qui souffrent la manière d'éviter la maladie. Nous pouvons faire le plus grand bien en essayant d'éclairer ceux qui nous entourent sur la façon dont ils peuvent prévenir la maladie, la souffrance, l'affaiblissement de leur organisme et une mort prématurée. Mais ceux qui ne se soucient pas d'entreprendre un travail qui ferait appel à leurs énergies physiques et mentales sont disposés à prescrire des produits pharmaceutiques qui provoquent des maux deux fois plus graves que ceux qu'ils prétendent soulager. — Medical Ministry, 221, 222.Te 67.1

    Il faut apprendre aux gens que les médicaments ne guérissent pas. S'ils apportent parfois un soulagement momentané, et si la guérison paraît résulter de leur emploi, c'est parce que la nature possède des forces suffisantes pour éliminer le poison et combattre les causes de la maladie. On peut dire que c'est malgré les médicaments que la santé est rétablie. Mais dans la plupart des cas, ceux-ci ne font que changer la forme ou le siège de la maladie. Souvent le poison, en apparence inoffensif pendant quelque temps, reste à l'état latent dans l'organisme et y cause plus tard des troubles fâcheux. — Rayons de Santé, 276, 277.Te 67.2

    Un défi aux médecins consciencieux — Un médecin qui a le courage de mettre sa réputation en péril en éclairant l'entendement de ses patients avec des faits simples; qui révèle la nature de la maladie et la façon de la prévenir; qui attire l'attention sur le danger que présentent les médicaments, aura une tâche difficile à accomplir, mais il vivra et fera vivre les autres. ... S'il est partisan de la réforme sanitaire, il parlera clairement des appétits malsains, de leurs satisfactions néfastes, de la façon de préparer la nourriture, de manger, de boire; du surmenage et de son retentissement sur le caractère et les facultés physiques et morales. De sages habitudes pratiquées avec persévérance feront disparaître la cause de la maladie et les médicaments seront inutiles. — Medical Ministry, 222.Te 67.3

    Il faut étudier et enseigner les lois de la médecine préventive — Il est maintenant nécessaire que les médecins favorables à la réforme dans le traitement des maladies fassent de plus grands efforts pour développer dans leur propre intérêt la médecine préventive et l'enseignent à ceux qui comptent sur l'habileté de la science médicale pour déterminer la cause de leurs maux. Ils devraient attirer l'attention de façon toute spéciale sur les lois que Dieu a établies et qui ne peuvent être violées impunément. Les médecins insistent sur l'évolution de la maladie, mais négligent en général de parler des lois auxquelles il faut obéir pour la prévenir. — Medical Ministry, 223.Te 67.4

    Des médicaments nuisibles — Les serviteurs de Dieu ne devraient pas prescrire des médicaments dangereux pour l'organisme même s'ils soulagent momentanément la douleur. Toute thérapeutique à base de poison minéral ou végétal aura une influence néfaste sur l'organisme et affectera en particulier le foie et les poumons. — Spiritual Gifts 4:140.Te 68.1

    La raison d'être des cliniques — Aucune substance ayant des conséquences funestes pour l'organisme ne devrait y être introduite. C'est pour faire connaître cette vérité et soigner par les moyens naturels que l'on a établi des cliniques dans diverses localités. — Medical Ministry, 228.Te 68.2

    Il y a des années, le Seigneur m'a révélé qu'il faudrait établir des institutions pour y soigner les malades sans avoir recours aux médicaments. L'homme est la propriété de Dieu; le délabrement du corps humain, la souffrance produite par les germes morbides qui ont été introduits dans l'organisme offensent Dieu. — Medical Ministry, 229.Te 68.3

    Les malades doivent recevoir une nourriture saine. Ils doivent s'abstenir de toute boisson alcoolisée, abandonner l'usage des médicaments et suivre un traitement rationnel. On ne doit pas donner aux malades de l'alcool, du thé, du café ou des produits pharmaceutiques nocifs. L'observation de ces règles pourrait rétablir de nombreuses personnes condamnées par les médecins. — Medical Ministry, 228.Te 68.4

    Les médicaments ne sont que rarement nécessaires — Nombreux sont ceux qui guériraient sans prendre un seul médicament s'ils se conformaient aux lois de la santé. On a rarement besoin d'avoir recours aux médicaments. Un effort constant et suivi est nécessaire pour inaugurer et mener à bien la méthode qui consiste à soigner par les moyens naturels. Si la prière et la foi accompagnent vos efforts, vous réussirez. Votre exemple apprendra aux malades comment ils peuvent prendre soin de leur corps sans avoir recours aux drogues. — Medical Ministry, 259, 260.Te 68.5

    Nos institutions sont basées sur le principe de la guérison grâce aux remèdes naturels, elles rejettent presque totalement le recours aux médicaments. ... Ceux qui font inconsidérément usage de médicaments, sans égard pour la vie et le corps humain, assument une Terrible responsabilité. Nous sommes fautifs si par ignorance nous acceptons d'introduire dans notre estomac des produits chimiques au nom incompréhensible détruisant ainsi l'œuvre de Dieu. Il est de notre devoir de refuser de telles ordonnances. Nous désirons construire une clinique où les maladies seront guéries uniquement par des remèdes naturels, où les gens apprendront la façon de se soigner; une clinique où ils apprendront à manger modérément de la nourriture saine, à refuser les stimulants tels le thé, le café, les boissons alcoolisées, et à renoncer à la chair animale. — Manuscrit 44, 1896.Te 68.6

    En faveur d'un travail plus efficace — Le sujet de la réforme sanitaire n'est pas envisagé comme il le mériterait. Une nourriture simple, une abstinence totale de médicaments, lesquelles fourniraient au corps la possibilité de récupérer les énergies qu'il a perdues, donneraient à nos cliniques beaucoup plus de chances de guérir les malades. — Lettre 73a, 1896.Te 69.1

    Apprenez aux malades à coopérer avec Dieu — Il faut enseigner aux gens que c'est un péché de détruire les énergies physiques, mentales et spirituelles. Ils doivent comprendre comment il leur est possible de coopérer avec Dieu à leur guérison. Par la foi en Christ, ils peuvent vaincre l'habitude d'utiliser des stimulants et des narcotiques nuisibles. — Manuscrit 12, 1900.Te 69.2

    Larger font
    Smaller font
    Copy
    Print
    Contents